jeudi 27 avril 2017

Sans queue, ni tete- 2

Lyon. Ayant trois heures à tuer, ce qui est rare dans mon emploi du temps ces jours-ci, je me suis tué donc au sauna.
 Il faisait froid, cela m'a fait du bien.
 Je m'y suis prelassé, j'ai observé, je n'ai pas consommé: Ai-je moins faim? suis-je plus craintif? je ne sais....mais je m'interroge.
Je m'interroge aussi sur ce blog. Il est devenu une sorte de chronique de saunas fréquentés. Ca vous intéresse? Je n'aurais plus que ça à raconter?

------------------------------

J'avais commencé par aller à un sauna que j'avais repéré il y a quelques semaines, et que je n'avais jamais remarqué auparavant. J'aurais dû m'abstenir. Entrée pas cher, mais propreté douteuse, et fréquentation nulle (on était trois personnes).
Je me suis replié alors sur celui que je connais. Mais mercredi au sauna , c'est soirée nudiste, à partir de 20H. Ce n'est pas le genre de soirées que je préfère.
Parce qu'on y voit beaucoup de bêtes de cirques aux dards impressionnants, et que quand vous êtes pourvu de façon raisonnable, vous n’intéressez pas grand monde.
Néanmoins, il y a du spectacle, et des spécimens intéressants à voir. On y découvre aussi que la nature est vraiment très diverse, et que question dard, elle a su faire preuve de beaucoup d'imagination, aucun n'étant identique à un autre.

Du coup, je me disais que je pourrais en déduire des recommandations:
1. Quand c'est pas cher, ne t'attends pas au miracle. Et parfois, il vaut mieux payer un peu plus pour être sûr de ce qu'on va trouver: du monde et de la propreté. 
2. Regarder les commentaires sur google: si plus de la moitié ne sont pas enthousiaste, il vaut mieux s'abstenir.
 -----------------------------
En me baladant, j'ai regardé les murs. A Lyon, ils sont plutôt intéressants. Souvent récemment repeints, plutôt beaux. Avec des tags, des graffittis, des mini bas-reliefs. J'en ai trouvé un magnifique, un phallus qui se déshabille...je ne sais pas pourquoi, Blogger ne l'accepte pas...il doit être trop lourd...

----------------------------

Je ne suis pas trop allé sur les blogs ces derniers temps. Je suis étonné que le discours émouvant du conjoint du policier tué jeudi sur les Champs Élysées n'ait pas fait plus de buzz, ou plutôt qu'il ait fait une certaine unanimité.C'est normal , me direz-vous? qu'un homme fasse l'éloge de son conjoint, assassiné, quand ce dernier était policier, militant de la cause homosexuel, et ce dans une cérémonie nationale, au milieu de nombreux policiers et militaires, milieux que l'on dit peu tolérants sur ces questions, c'est normal? et bien oui, c'est normal. Personne n a été choqué. Et c'est très bien. D'autant  plus que ce discours était très émouvant. Vous pouvez le capter sur le site du Monde et certainement ailleurs sur internet. 
Dans ce monde plutôt inquiétant, il y a quelques poches de lumières. Mais à quel prix? celui d'un assassinat d'un "gardien de la paix".



mardi 4 avril 2017

Paradis? ou enfer ? à vous de juger

Ca commence de façon très sensuel. C'est tellement ca, l'approche dans un hammam entre deux mecs...avec du Satie à la guitare, qui est aussi très sensuel....mon érection est présente.

Et puis, ça devient un peu angoissant....

Et l'enfer des uns est peut-être le paradis des autres...mais le paradis des uns n'a rien à voir avec ce qu'on leur avait promis...


Une seule réserve: pourquoi cet endroit serait l'enfer, si ce n'est juste la notion d'enfermement, comme dans huis-clos de Sartre...parce que la compagnie est plutôt paradisiaque (même si les blonds ne sont pas mes préférés...) ?

Note supplémentaire: c est peutetre  pour chacun d eux le paradis en fait!

mardi 28 mars 2017

Entre deux eaux hongroise

J'avais besoin d'infos sur la Hongrie, et plus spécialement sur Budapest. 
J'avais parcouru plusieurs sites d'infos générales, des articles du Monde, des sites touristiques, des blogs de voyageurs. 
Résultat de recherche d'images pour "budapest bains rudas"Et puis, il m'est revenu à l'esprit, ce blog addictif, que je croyais avoir parcouru de long en large, et dont je sentais beaucoup d'affinités avec l'auteur, beaucoup de goûts en commun, de destinations communes, sans apparemment ne s'être jamais rencontré. Ce blog a arrêté d'émettre il y a quelques années, en décembre 2013 pour être exact, pour cause je crois de bonheur de son auteur, qui ayant trouvé l'amour et avec, la clé de ses tourments, n'a plus ressenti le besoin de tenir ce journal extime qu'est un blog.

 Je me suis replongé donc dans les pages taggées Hongrie, Budapest, et évidemment sexe de ce blog. Cela fait quelques jours et je n'en décolle plus. Dès que j'ai un instant, je lis un billet.
Je suis impressionné par la capacité d'autoanalyse, par l'humour, la liberté, le ton libertin, par la culture, l'amour de la musique et de l'opéra que j'ai également. J'apprends plein de choses sur Budapest, sur l'itinéraire de ce nageur fougueux et persévérant dans les piscines et bains de Budapest. 
Je ne pense plus qu'à Budapest, à l’expérience de plusieurs années que ho! a su si bien retranscrire.

Mais il a aussi des réflexions plus profondes sur l'homme, la vie, la mort, l'amour, le désir, la déprime, l'homosexualité bien évidemment. Un des articles lus récemment relate sa rencontre avec un homme (dont j'ai déjà oublié le nom?! Renaud , je crois) qui lui explique comment il en est venu à accepter et surtout faire accepter son homosexualité par son entourage, et comment, en murissant le contenu de ces échanges, il est apparu très clair à l'auteur du blog de faire son coming out libérateur. 
Je me pose toujours cette question: et si, et si j'avais fait de telles rencontres, aurais-je aussi fait le pas? 

Il y a des jours où l'on regrette que les blogs se fassent silencieux. Mais quand ils restent ouverts et que l'on peut consulter les archives, c'est une consolation encore de taille. Car en fait, je n'avais pas tout lu, et je continue à découvrir des textes très beaux, écrits avec beaucoup de style, également très humbles, et très ouverts à l'autre.

Merci oh! (que je ne désespère pas de rencontrer un jour, mais je ne sais pas comment...)
L'adresse du blog:  http://entre2eaux.hautetfort.com/
 

mardi 21 mars 2017

Insomnies

En ce moment, je dois me réveiller vers 5h du matin. Sans doute lié à quelques préoccupations de boulot? je ne sais pas trop. 
Toujours est-il que je ne me lève pas, espérant pouvoir me rendormir.Mon esprit vagabonde alors, sans doute errant d'un demi sommeil à des moments de réelle veille, pour sûrement entrer légèrement dans les bras de Morphée (qui je le rappelle est un homme...). 

Évidemment, mon esprit part de lui-même vers des beaux mecs en petite tenue. 

Cette nuit, je me suis revu dans les saunas, et je me suis mis à comptabiliser le nombre de saunas visités. J'en suis à 19!!! C'est pas mal quand même, non? quand je pense que je refusais totalement d'y aller il y a quelques années, que ma première expérience fût désastreuse, et que maintenant, j'y prends un plaisir énorme!! 
Comme quoi, ne jamais avoir d'avis trop définitifs sur un sujet.
Du coup, je me demande si je ne vais pas me mettre à mon guide "Montignac" des saunas de France et d'Europe....(2 à Bruxelles, 1 à Vienne, 1 à Madrid, 2 à Montpellier, 1 à Valence, 1 à Lyon, 1 à Annecy, 1 à Lille, 1 à Nantes, 6 à Paris + 2 hors du continent européen....et j'en oublie peut-être...).

mardi 14 mars 2017

Il est assis sur une chaise, en dehors du cercle de la réunion. Il est arrivé un peu en retard, et s'est installé là où il restait de la place. Il est en face de moi. Il est rasé de deux jours, porte un jean beige, un polo dans les mêmes tons, laissant apparaitre quelques poils de son torse. 
C'est la première fois que je le regarde de la sorte. Il a normalement un uniforme, il est agent de sécurité. Et l'uniforme ne me fait aucun effet, sauf dans ce cas raconté ici....

Il est très beau. Costaud comme il faut, pas la grosse baraque qui te mets mal à l'aise. Brun aux yeux bleus.
Il s'ennuie à cette réunion où ça parlotte trop. Il doit se dire "putain, quelle masturbation intellectuelle, vos discours à la con. Pas très concret, tout ça!".

Il a le regard un peu abandonné, du vague à l'âme. 
Je le prendrais bien dans mes bras. Et irais bien lui prodiguer quelques douceurs. 

Et puis, je me dis que c'est un peu le James Bond de la boîte ? Je réalise que dans les meilleurs films d'action américains ou autres, souvent les héros auxquels on pourrait s'identifier sont des flics, des "agents" qui oeuvrent pour notre sécurité, et parfois ce sont aussi les "méchants" (oui,  les héros sont aussi souvent les gangsters...et vu récemment à la télé , Cassel en Mesrine n'est pas mal du tout....). Du coup, mon agent de sécurité, au lieu de le voir comme juste un agent de sécurité parmi d'autres, pas forcément sexy, je pourrais le voir comme un héros? 

Bon, je doute que l'on tombe dans les bras l'un de l'autre pour une folle partie de plaisir. 
Mais désormais, je le regarde avec un oeil différent.

mercredi 8 mars 2017

Sans queue, ni tete

Je sens que je vais exploser.
Tout va trop vite, trop de choses en même temps. Boulot, activités annexes (en tout bien, tout honneur), familles, amis. 
Et puis un monde qui s’affole , où on finit par perdre un latin que je n'ai pourtant jamais acquis. La chute du Mur avait été une révolution pour mon esprit qui pensait que les choses ne bougeraient pas à l'Est. Là, je ne sais pas quelle révolution nous vivons, mais certains repères sont quand même bousculés. La seule chose que je me dis, c'est que la génération du 20 eme siècle est en train de laisser la place: parmi les chefs d'Etats du 20 eme, la seule qui reste est la Queen d'Angleterre. Et par mi nos politiques du siècle précédent , et du début de l'actuel, ils semblent aussi tirer leur révérence, laissant la place à de plus jeunes, avec partis (et parties aussi je suppose), ou sans partis, et avec apparemment plus de chances de l'emporter , face à celle qui n'a pas de parties, mais qui dirige un parti. 
Mais comme chaque jour amène une surprise de plus, peut-être que finalement on terminera avec l'actuel (c'est vraiment peu probable, mais en ce moment l'improbable étant plus probable que tout ce qu 'on peut prévoir, on peut tout imaginer...).

Et toujours, mon obsession de l'homme, du mâle. 
Que je ne vois plus de près depuis un moment, trop occupé par ailleurs. Ca , c'est nouveau d'ailleurs. Je suis occupé, je ne perds plus de temps sur les chats. Je vais juste me ressourcer de photos ou de textes chez quelques blogs amis....ca ne me suffit pas, mais ca me permet de patienter...jusqu'au moment où j'aurais un peu plus de temps pour aller tâter du masculin. 

EN fait, j'ai essayé hier. J'étais en rdv pro dans le quartier de la Bourse (nom prédestiné), et avais repéré un sauna rome antique que j'avais toujours négligé. J'avais en théorie une heure trente devant moi, et j'avais bien prévu d'y faire un tour. Finalement, mon rdv pro a duré plus longtemps, et il ne me restait qu'une petite heure. J'y suis quand même passé, ce qui m'a permis de retrouver cette chaleur moite que j'ai finie par aimer, ces corps embrumés, où l'on devine le meilleur de l'homme. Mais 45 min, c'est beaucoup trop court...ca m'a quand même un peu requinqué...j'y referais un tour: c'était spacieux (sauf le sauna vraiment trop petit), peut-etre un peu trop de mûrs, mais une ambiance plutôt bon sympa...

Cette obsession du mâle va un jour me jouer des tours. Dès que j'en vois un, je le fixe désormais du regard, et évalue tout de suite son entrejambe. Je l'imagine en train de penser sur moi ce que je pense sur lui. Évidemment, rien ne se passe. 
Dans la rue, je me retourne aussi sur les beaux mecs. 

Il me faut faire quelque chose pour changer ça. Peut-être calmer les ardeurs de mes occupations diverses et accaparantes, pour retrouver du temps pour mon corps. 
Sans doute dans un petit mois.

PS: j'avais intitulé ce post sans queue , ni tête, parce que je voulais y mettre plusieurs éléments, pas forcément liés les uns aux autres. En fait, il y a un peu de tête, un peu de queue, même si c'est en filigrane. 

mercredi 1 février 2017

C'était chaud, aux Bains (3/3)

Je m'assois sur la banquette du haut, mes jambes pendantes.
La porte s'ouvre, et mon « copain » du hammam entre. Il s'assoit sur la banquette du bas, mes jambes pendant le long de son torse. De ses mains, il commence à me caresser le pied, remonte progressivement le long de ma jambe. Il m'embrasse le genou doucement, je dirais même tendrement. Incroyable. Il est très sensuel, et j'apprécie cette douceur. Petit à petit ses mains vont remonter sous ma serviette. Je caresse sa tête, l'embrasse doucement aussi, vient chercher ses lèvres pour m'y abreuver ? Il se lève, et se place entre mes jambes. C'est plus facile pour nous embrasser, doucement mais bientôt avec plus d'énergie et de passion. Il commence à me branler également, un peu trop violemment à mon goût. Il approche sa bouche de mon sexe de nouveau dur. Je le laisse faire quelques secondes, mais pas plus. Je ne veux plus ce type de caresse buccale depuis mes histoires de l'an dernier. Il comprends très bien apparemment et continue à s'amuser avec mon sexe, pendant qu'on se roule des pelles, que je lui caresse le dos. Mais il a chaud, il sort après m'avoir dit qu'il reviendra.
Moi aussi, j'ai chaud. Je ressors, refais mon tour sous les douches, jacuzzis, hammam toujours bien occupé. Le type qui me fixait a disparu. Il y a de beaux spécimens néanmoins.
Mais l'heure tourne. J'ai un train à prendre, je dois filer.
A mon grand regret.
Mais je pense que je reviendrais.
« Les Bains » à Lille, un sauna de ma top liste !